~

Pourquoi Vous Pouvez Croire la Bible

Comment être sûr que nous pouvons croire la Bible que nous avons aujourd'hui ?

La Bible prétend être un mode de communication incomparable de Dieu avec les Hommes. Des milliards d’hommes et de femmes ont basé leur vie sur son message. Des millions sont morts pour elle.

Une personne intelligente peut-elle croire la Bible ?

Oui. La Bible n'est pas un livre de fables. À la différence d'autres livres spirituels, elle n’exige pas une foi aveugle. Différentes catégories de preuves soutiennent l'exactitude historique de la Bible ainsi que l’inspiration divine dont elle se réclame.

  • L'histoire antique confirme l'exactitude de la Bible comme récit historique.
  • Les évangiles fournissent plusieurs récits fiables de la vie de Jésus.
  • L'archéologie soutient les récits bibliques.
  • L’étude des textes confirme que les livres de la Bible n'ont pas changé depuis le jour où ils ont été écrits.

La Bible est-elle conforme à l’histoire antique ?

Si la Bible est le message que Dieu nous a adressé, il faut que sa version de l'histoire soit précise. C’est le cas.

Par exemple, il est écrit dans la Bible que Jésus de Nazareth a accompli beaucoup de miracles, a été exécuté par les Romains, et qu’il est ressuscité des morts. De nombreux historiens antiques confirment ce que dit la Bible au sujet de la vie de Jésus et de ses disciples :

Cornelius Tacite (55-120 Après J.-C.), un historien romain du premier siècle, est considéré comme l’un des historiens les plus précis du monde antique.1 Un extrait de Tacite nous indique que l'empereur romain Néron « infligeait les tortures les plus exquises à un groupe de personnes […] nommés chrétiens. […] Christus (le Christ), qui est à l’origine de leur nom, a souffert la pire condamnation sous le règne de Tibère, aux mains d'un de nos procurateurs, Ponce Pilate….»2

Flavius Josèphe, un historien juif (38-100+ Après J.-C.), a écrit au sujet de Jésus dans ses Antiquités Juives. Nous apprenons de Josèphe que « Jésus était un sage qui faisait des exploits étonnants, enseignait à beaucoup, avait des disciples juifs et grecs. Les gens croyaient qu’il était le Messie. Il a été accusé par les chefs juifs, a été condamné à être crucifié par Pilate, et il est dit qu’il est ressuscité. »3

Suétone, Pline le Jeune, et Thallus ont également écrit au sujet de la louange et de la persécution des chrétiens, des écrits qui sont cohérents avec les récits du Nouveau Testament.

Même le Talmud juif, qui n’a certainement pas de parti pris pour Jésus, est en accord avec les grands événements de sa vie. Du Talmud nous apprenons que « Jésus était un enfant illégitime, il a rassemblé des disciples, a fait des affirmations blasphématoires à propos de lui-même et a accompli des miracles, mais ces miracles sont attribués à de la magie et non à Dieu. »4

Ces informations sont capitales lorsqu’on considère le fait que la plupart des historiens antiques ne s’intéressaient qu’aux leaders politiques et militaires, et non à de simples rabbins issus d’une province lointaine de l'empire romain. Pourtant, les historiens antiques (Juifs, Grecs et Romains) confirment les événements principaux qui sont présentés dans le Nouveau Testament, alors qu’ils n'étaient pas croyants eux-mêmes.

Les récits des évangiles à propos de Jésus sont-ils fiables ?

Les historiens laïques ont rapporté les faits principaux de la vie de Jésus, mais ses associés proches ont rédigé des biographies plus détaillées, basées sur le témoignage direct de témoins oculaires. Ces sont les quatre évangiles, les quatre premiers livres du Nouveau Testament. Comment pouvons-nous être sûrs que ces biographies de Jésus sont précises et justes ?

Quand les historiens cherchent à déterminer si une biographie est fiable, ils se posent la question : « Combien d'autres sources rapportent les mêmes détails au sujet de cette personne ? » Voici un exemple : Imagine que tu rassembles des biographies du Président John F. Kennedy. Tu en trouves beaucoup décrivant sa famille, sa présidence, sa gestion de la crise des missiles de Cuba, et presque toutes les biographies rapportent des faits semblables. Mais que se passerait-il si tu venais à en trouver une soutenant que JFK a vécu dix ans en tant que prêtre en Afrique du Sud ? Les autres biographies indiquent qu’il était aux États-Unis à cette époque ; il va sans dire que tout historien sensé ira dans le sens des récits qui se recoupent.

Concernant Jésus de Nazareth, trouvons-nous plusieurs biographies rapportant des faits semblables à propos de sa vie ? Oui. Bien qu'ils ne couvrent pas de manière répétitive les mêmes informations, les quatre évangiles racontent dans l’ensemble la même histoire :

  Matthieu Marc Luc Jean
Jésus est né d'une vierge 1:18-25 - 1:27, 34 -
Il est né à Bethlehem 2:1 - 2:4 -
Il a vécu à Nazareth 2:23 1:9, 24 2:51, 4:16 1:45, 46
Jésus a été baptisé par Jean-Baptiste   3:1-15 1:4-9 3:1-22 -
Il a accompli des guérisons miraculeuses 4:24, etc. 1:34, etc. 4:40, etc. 9:7
Il a marché sur l'eau 14:25 6:48 - 6:19
Il a nourri cinq mille personnes avec
cinq pains et deux poissons
14:7 6:38 9:13 6:9
Jésus a enseigné les gens du peuple 5:1 4:25, 7:28 9:11 18:20
Il a passé du temps avec les
exclus de la société
9:10, 21:31 2:15, 16 5:29, 7:29 8:3
Il a confronté les responsables religieux 15:7 7:6 12:56 8:1-58
Les responsables religieux ont
comploté pour le tuer
12:14 3:6 19:47 11:45-57
Ils ont livré Jésus aux Romains   27:1, 2 15:1 23:1 18:28
Jésus a été fouetté 27:26 15:15 - 19:1
Il a été crucifié 27:26-50 15:22-37 23:33-46 19:16-30
Son corps a été mis dans un tombeau 27:57-61 15:43-47 23:50-55 19:38-42
Jésus est ressuscité des morts et
est apparu à ses disciples
28:1-20 16:1-20 24:1-53 20:1-31

Deux des évangiles ont été écrits par les apôtres Matthieu et Jean, des hommes qui ont connu Jésus personnellement et voyagé avec lui pendant plus de trois années. Les deux autres livres ont été écrits par Marc et Luc, des associés proches des apôtres. Ces auteurs avaient directement accès aux faits qu'ils rapportaient. L'Eglise primitive a accepté les quatre évangiles parce qu'ils étaient en accord avec ce que tout le monde savait déjà de la vie de Jésus.

Chacun des quatre auteurs des évangiles a fait un récit très détaillé. Comme on peut s’y attendre quand on a différentes biographies concernant une personne réelle, on peut observer des variations dans le style, mais une concordance au niveau des faits. Nous savons que les auteurs n’ont pas inventé ce qu’ils ont écrit, parce que les évangiles fournissent les noms de lieux géographiques spécifiques et des détails culturels qui ont été confirmés par des historiens et des archéologues.

Dans les paroles de Jésus qui ont été rapportées, beaucoup de sujets pour lesquels l'Eglise primitive aurait bien voulu avoir une ligne de conduite ne sont pas évoqués. Ceci prouve que les biographes étaient honnêtes, qu’ils n’ont pas attribué des paroles à Jésus dans le but de satisfaire leurs propres intérêts.

Pour un exemple de ce qui est présenté dans un des évangiles, cliquez ici.

La Bible a-t-elle changé et est-elle devenue fausse avec le temps ?

Certains pensent que le Nouveau Testament a été traduit "tellement de fois" qu’il a été altéré ou changé à chaque nouvelle traduction. Ce serait vrai si les traductions étaient faites à partir de textes déjà traduits. Mais les traductions sont en fait effectuées directement à partir des textes originaux grecs, hébreux et araméens basés sur des milliers de manuscrits antiques.

Par exemple, nous savons que le Nouveau Testament que nous avons aujourd'hui est fidèle au texte d'origine parce que :
     1. Nous avons un nombre tellement important de copies manuscrites - plus de 24.000.
     2. Ces copies s’accordent les unes avec les autres, mot-à-mot, dans 99,5% des cas.
     3. Les dates de ces manuscrits sont très proches des dates de leurs originaux (voir le lien à la fin de ce paragraphe).

Quand on compare le texte d'un manuscrit à un autre, la ressemblance est étonnante. Parfois l'orthographe peut varier, ou des mots peuvent être transposés, mais c'est sans incidence. En ce qui concerne l'ordre des mots, Bruce M. Metzger, professeur émérite au Princeton Theological Seminary, explique : « Il y a une différence énorme en français si vous dites "un homme mord un chien" ou "un chien mord un homme" -- l’ordre des mots est important en français. Mais en Grec ce n’est pas le cas. Un mot sera sujet indépendamment de sa position dans la phrase. »5

Dr. Ravi Zacharias, un professeur associé à l'Université d'Oxford, ajoute : « Le Nouveau Testament est de loin l’ouvrage de l’antiquité dont on peut le mieux attester l’authenticité, simplement en considérant le nombre de documents, l’intervalle entre les événements et la rédaction des documents, et la diversité des documents disponibles pour le soutenir ou le contredire. Il n'existe aucun autre cas dans l’étude des manuscrits antiques qui pourrait rivaliser avec une telle disponibilité et intégrité des manuscrits. »6

Le Nouveau Testament est le document antique le plus fiable. L’intégrité du texte est plus certaine que celle des écrits de Platon ou de l'Iliad d’Homère. Pour une comparaison du Nouveau Testament avec d'autres écris antiques, cliquez ici.

L’Ancien Testament a également été remarquablement bien préservé. Nos traductions modernes sont confirmées par un nombre important de manuscrits antiques en hébreu et en grec, notamment la découverte des Manuscrits de la Mer Morte au cours du 20ème siècle. Ces manuscrits contiennent les fragments les plus anciens encore existants de presque tous les livres de l’Ancien Testament, datant d’environ 150 av. J.-C. La similitude des manuscrits de la Mer morte avec des copies manuscrites faites plus de 1.000 ans après est la preuve du soin avec lequel les anciens scribes hébreux copiaient leurs écritures.

L'archéologie soutient-elle la Bible ?

L'archéologie ne peut pas prouver que la Bible est la parole de Dieu écrite pour nous. Cependant, l'archéologie peut (et réussit à) prouver l'exactitude historique de la Bible. Les archéologues ont découvert à de nombreuses reprises des noms de responsables de gouvernements, de rois, de villes, et de fêtes mentionnés dans la Bible – parfois même quand les historiens ne pensaient pas que de tels personnes ou endroits avaient existé. Par exemple, l'évangile de Jean nous parle de Jésus guérissant un paralysé à côté de la piscine de Bethesda. Le texte décrit même les cinq portiques menant à la piscine. Les spécialistes ne pensaient pas que la piscine avait existé, jusqu'à ce que des archéologues la trouvent à une profondeur de plus de 10 mètres sous terre, avec ses cinq portiques.7

La Bible contient une quantité incroyable de détails historiques, c’est pourquoi tout ce qu’elle mentionne n’a pas encore été trouvé grâce à l'archéologie. Cependant, aucune trouvaille archéologique n’est entrée en conflit avec ce que la Bible rapporte.8

En revanche, le reporter Lee Strobel fait la remarque suivante au sujet du Livre de Mormon : « A plusieurs reprises, l’archéologie n’a pu confirmer ses dires au sujet d’événements qui sont censés s’être produits il y a bien longtemps aux Amériques. Je me rappelle avoir écrit au Smithsonian Institute pour demander s’il y avait une quelconque preuve confirmant les dires du Mormonisme. La réponse fut claire : leurs archéologues ne voient « aucun lien direct entre l'archéologie du Nouveau Monde et le sujet du livre.» Les archéologues n'ont jamais localisé de villes, de personnes, de noms, ou d’endroits mentionnés dans le Livre de Mormon.9

Plusieurs des lieux antiques mentionnés par Luc, dans le livre des Actes des Apôtres dans le Nouveau Testament, ont été identifiés grâce à l'archéologie. « En tout, Luc cite trente-deux pays, cinquante-quatre villes et neuf îles sans erreur.»10

L'archéologie a également réfuté beaucoup de théories fausses au sujet de la Bible. Par exemple, une théorie toujours enseignée dans quelques universités affirme aujourd'hui que Moïse n’aurait pas pu écrire le Pentateuque (les cinq premiers livres de la Bible), parce que l'écriture n'avait pas encore été inventée à cette époque. Puis les archéologues ont découvert la Stèle noire. « Elle était recouverte de caractères cunéiformes et contenait les lois détaillées d’Hammourabi. Était-elle postérieure à Moïse ? Non ! Elle datait de bien avant Moïse ; et pas seulement, mais aussi d’avant Abraham (2.000 av. J.-C.). Elle précédait les écrits de Moïse d’au moins trois siècles.»11

Une autre trouvaille archéologique majeure confirmant un alphabet primitif a été la découverte des tablettes d'Ebla au Nord de la Syrie en 1974. Ces 14.000 tablettes d'argile datent vraisemblablement d’environ 2300 av. J.- C., soit des centaines d'années avant Abraham.12 Ces tablettes décrivent la culture locale de manière semblable à ce qui est rapporté aux chapitres 12 à 50 du livre de la Genèse.

L'archéologie confirme donc clairement l'exactitude historique de la Bible.

Pour une étude plus poussée, cliquez ici pour voir une liste de certaines des principales trouvailles archéologiques.

Y a-t-il des contradictions dans la Bible ?

Certains affirment que la Bible est pleine de contradictions, ce qui n'est tout simplement pas vrai. Le nombre de contradictions apparentes est à vrai dire remarquablement faible pour un livre de la taille et de l’ampleur de la Bible. Les petites divergences existantes relèvent surtout de la curiosité et n’ont pas vraiment d’importance : elles ne touchent aucun événement majeur ou article de foi.

Voici un exemple d'une soi-disant contradiction. Pilate a ordonné qu’une plaque soit apposée sur la croix où Jésus a été crucifié. Trois des évangiles rapportent ce qui a été écrit sur cette plaque :
     En Mathieu : « Voici Jésus, le roi des Juifs. »
     En Marc : « Le roi des Juifs. »
     En Jean : « Jésus de Nazareth, le roi des Juifs. »

Les mots sont différents, par conséquent la contradiction apparaît. Mais la chose remarquable est que tous les auteurs racontent le même évènement avec tellement de détails : Jésus a été crucifié. Sur ce point, ils sont tous d’accord. Ils rapportent même qu'une plaque a été apposée sur la croix, et la signification de la plaque est la même dans chacun des trois récits !

Qu’en est-il de la formulation exacte ? Dans la version grecque originale des évangiles, les guillemets n’étaient pas utilisés pour indiquer une citation directe, comme nous le faisons aujourd’hui. Les auteurs des évangiles citaient indirectement, ce qui peut expliquer les différences subtiles dans les passages.

Voici un autre exemple d'une contradiction apparente. Jésus resta-t-il dans le tombeau deux ou trois nuits avant Sa résurrection ? Jésus a dit, avant sa crucifixion, « En effet, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d'un grand poisson, de même le Fils de l'homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre.» (Mathieu 12:40). Marc rapporte une autre déclaration de Jésus, « Voici, nous montons à Jérusalem. Le Fils de l'homme y sera livré aux chefs des prêtres et aux interprètes de la Loi. Ils le condamneront à mort et ils le livreront aux païens, qui se moqueront de lui, lui cracheront au visage, le battront à coups de fouet et le feront mourir. Puis, trois jours après il ressuscitera.» (Marc 10:33,34)

Jésus a été tué le vendredi et la résurrection a été découverte le dimanche. Comment cela pourrait-il faire trois jours et trois nuits dans le tombeau ? C'était une figure de style juive du temps de Jésus qui consistait à compter une quelconque partie d'un jour ou d'une nuit comme un jour et une nuit complète. Ainsi, vendredi, samedi, et dimanche seraient cités comme trois jours et trois nuits dans la culture de Jésus. Nous parlons de manière semblable aujourd'hui - si quelqu’un nous dit « j'ai passé toute la journée à faire du shopping » nous comprenons évidemment que cette personne n'a pas voulu dire 24 heures.

C'est typique des contradictions apparentes dans le Nouveau Testament. La plupart sont résolues par un examen plus minutieux du texte lui-même ou en étudiant le contexte historique.

Qui a écrit le Nouveau Testament ? Pourquoi ne pas accepter les textes apocryphes, l'évangile de Judas, ou l'évangile de Thomas ?

Il y a des raisons solides de faire confiance à la liste actuelle des livres du Nouveau Testament. L’Eglise primitive a accepté les livres du Nouveau Testament très rapidement après qu’ils aient été écrits. Leurs auteurs étaient des associés de Jésus ou ses disciples immédiats, des hommes à qui Jésus avait confié la responsabilité de diriger l'Eglise primitive. Matthieu et Jean, auteurs de deux évangiles, étaient parmi les disciples les plus proches de Jésus. Marc et Luc étaient des compagnons des apôtres, ayant accès aux récits des apôtres sur la vie de Jésus.

Les autres auteurs de Nouveau Testament, eux aussi, ont eu un accès direct à Jésus : Jacques et Jude étaient les demi-frères de Jésus et ils ne croyaient pas en lui au début. Pierre était l'un des 12 apôtres. Paul a commencé en tant que farouche adversaire du christianisme, mais il est devenu un apôtre après avoir eu une vision du Christ. Il était également en relation avec les autres apôtres.

Le contenu des livres du Nouveau Testament correspondait avec ce que des milliers de témoins oculaires avaient vécu eux-mêmes. Quand d'autres livres ont été écrits des centaines d'années après (par exemple l'évangile de Judas, écrit par la secte Gnostique autour de 130-170 ap. J.-C., bien après la mort de Judas), l'église n’a eu aucun problème à les identifier pour ce qu’ils étaient : des faux. L'évangile de Thomas, écrit environ en 140 ap. J.-C., est un autre exemple d’écrit portant de façon abusive le nom d’un apôtre. Ceux-ci et d'autres évangiles gnostiques étaient en conflit avec les enseignements connus de Jésus et de l’Ancien Testament, et contenaient souvent de nombreuses erreurs historiques et géographiques.13

En 367 ap. J.-C., Athanase a formellement fait une liste des 27 livres du Nouveau Testament (la même liste que nous avons aujourd'hui). Peu après, Jérôme et Augustin ont distribué la même liste. Ces listes, cependant, n'étaient pas nécessaires pour la majorité de chrétiens. Toute l'église avait reconnu et employait la même liste de livres depuis le premier siècle après Jésus-Christ. Mais comme l'église se développait au delà des territoires parlant le grec et qu’il fallait traduire les Ecritures, et comme les sectes continuaient à se développer en proposant leurs propres livres sacrés, il était de plus en plus nécessaire d'avoir une liste définitive.

Pourquoi a-t-il fallu 30 à 60 ans pour que les évangiles du Nouveau Testament soient écrits ?

La raison principale pour laquelle les évangiles n'ont pas été écrits juste après la mort et la résurrection de Jésus est que le besoin pour de tels écrits ne se faisait pas sentir. Au début, l'évangile se répandait oralement à Jérusalem. Il n'y avait aucun besoin de mettre par écrit la vie de Jésus, parce que les habitants de la région de Jérusalem avaient vu Jésus et connaissaient son ministère.14

Cependant, quand l'évangile commença à se répandre au-delà de Jérusalem, les témoins oculaires n’étaient plus disponibles pour tout le monde, et il y eut alors besoin de récits écrits afin d'instruire chacun au sujet de la vie et du ministère de Jésus. Beaucoup de spécialistes situent la rédaction des évangiles entre 30 et 60 ans après la mort de Jésus.

Luc nous éclaire un peu plus dans son "introduction". Il explique la raison de son travail : « Plusieurs personnes ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, suivant ce que nous ont transmis ceux qui ont été des témoins oculaires dès le commencement et sont devenus des serviteurs de la parole. J’ai donc décidé à mon tour de m’informer soigneusement sur tout ce qui est arrivé depuis le commencement, et de te l’exposer par écrit de manière suivie, très honorable Théophile, afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus. »15

Jean donne également la raison de la rédaction de son évangile : « Jésus a accompli, en présence de ses disciples, encore beaucoup d'autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom.»16

As-tu déjà lu un peu les évangiles du Nouveau Testament ? Pour en lire une partie provenant de l'évangile de Jean, clique ici.

Si tu veux en savoir plus au sujet de Jésus, cet article présente un bon résumé de sa vie : Plus qu'une foi aveugle.

Est-ce important que Jésus ait effectivement dit et fait ce qui écrit dans les évangiles ?

Oui. Pour que la foi ait une valeur quelconque, elle doit être basée sur des faits, sur la réalité. Voilà pourquoi : si tu prends un vol pour Londres, tu auras suffisamment de foi pour croire que l’avion a assez de carburant, qu’il est sûr au niveau technique, que le pilote est qualifié, et qu’il n’y a aucun terroriste à bord. Mais ta foi n'est pas ce qui te fera arriver à Londres. Ta foi est utile parce qu'elle te fait monter à bord de l’avion. Mais ce qui te fait réellement arriver à Londres est le bon fonctionnement de l'avion, la compétence du pilote, etc. Tu pourrais te baser sur ton expérience de précédents vols, mais ton expérience ne serait pas assez pour conduire cet avion à Londres. Ce qui importe est l'objet de ta foi - est-il fiable ?

Le Nouveau Testament est-il une présentation précise et fiable de Jésus ? Oui. Nous pouvons nous fier au Nouveau Testament parce qu'une quantité impressionnante de preuves le valident. Cet article a abordé les points suivants : les historiens sont d’accord, les archéologues sont d’accord, les quatre biographies de l’Evangile sont unanimes, la conservation des copies des documents est remarquable, il y a une exactitude importante dans les traductions. Toute ceci donne de solides raisons de croire ce que nous lisons dans le Nouveau Testament : que Jésus est Dieu, qu’il a payé le prix pour nos péchés, et qu’il est ressuscité des morts.

N’hésite pas à nous envoyer un email si tu as d'autres questions.

(1) McDowell, Josh. The New Evidence that Demands a Verdict (Thomas Nelson Publishers, 1999), p. 55.
(2) Tacitus, A. 15.44.
(3) Wilkins, Michael J. & Moreland, J.P. Jesus Under Fire (Zondervan Publishing House, 1995), p. 40.
(4) Ibid.
(5) Strobel, Lee. The Case for Christ (Zondervan Publishing House, 1998), p. 83.
(6) Zacharias, Ravi. Can Man Live Without God? (Word Publishing, 1994), p. 162.
(7) Strobel, p. 132.
(8) Nelson Glueck, un archéologue juif réputé, a écrit: “Il est très clair qu’aucune découverte archéologique n’a jamais contredit une référence biblique." cité par McDowell, Josh. The New Evidence That Demands a Verdict (Thomas Nelson Publishers, 1999), p. 61.
(9) Strobel, p. 143-144.
(10) Geisler, Norman L. Baker Encyclopedia of Christian Apologetics (Grand Rapids: Baker, 1998).
(11) McDowell, Josh. Evidence That Demands a Verdict (1972), p. 19.
(12) Pettinato, Giovanni. The archives of Ebla: an empire inscribed in clay (Garden City, NY: Doubleday, 1981)
(13) Bruce, F.F. The Books and the Parchments: How We Got Our English Bible (Fleming H. Revell Co., 1950), p. 113.
(14) Voir Actes 2:22, 3:13, 4:13, 5:30, 5:42, 6:14, etc.
(15) Luc 1:1-3
(16) Jean 20:30,31

Partager cette page avec quelqu'un Comment commencer une relation personnelle avec Dieu...



Une partie de ce qui est présenté dans un des évangiles…

Les évangiles sont présentés dans un style terre-à-terre : « voilà ce qui s’est passé. » Même les récits des miracles accomplis par Jésus sont rédigés sans sensationnalisme ou mysticisme. Un exemple typique est le récit en Luc, au chapitre 8, où Jésus ramène une petite fille à la vie. Notez les détails et la clarté dans son compte-rendu :

A ce moment survint un homme appelé Jaïrus. C'était le responsable de la synagogue. Il se jeta aux pieds de Jésus et le supplia de venir chez lui: sa fille unique, âgée d'environ douze ans, était en train de mourir. Jésus partit donc pour se rendre chez lui. Cependant, la foule se pressait autour de lui.

Il y avait là une femme atteinte d'hémorragies depuis douze ans et qui avait dépensé tout son bien chez les médecins sans que personne n’ait pu la guérir. Elle s'approcha de Jésus par derrière et toucha la frange de son vêtement. Aussitôt, son hémorragie cessa.

« Qui m'a touché? » demanda Jésus. Comme tous s'en défendaient, Pierre lui dit : « Voyons, Maître, la foule t'entoure et te presse de tous côtés. » Mais il répondit: « Quelqu'un m'a touché ; j'ai senti qu'une force sortait de moi. » En voyant que son geste n'était pas passé inaperçu, la femme s'avança toute tremblante, se jeta aux pieds de Jésus et expliqua devant tout le monde pour quelle raison elle l'avait touché, et comment elle avait été instantanément guérie.

Jésus lui dit:
« Ma fille, parce que tu as cru en moi, tu as été guérie, va en paix. »

Il parlait encore quand quelqu'un arriva de chez le responsable de la synagogue et lui dit:
« Ta fille vient de mourir, n'importune plus le Maître ! »

En entendant cela, Jésus dit à Jaïrus:
« Ne crains pas, crois seulement : ta fille guérira. »

Une fois arrivé à la maison, il ne permit à personne d'entrer avec lui, sauf à Pierre, Jean et Jacques, ainsi qu'au père et à la mère de l'enfant. Ce n'était partout que pleurs et lamentations. Jésus dit :
« Ne pleurez pas ; elle n'est pas morte, elle est seulement endormie. »

Les gens se moquaient de lui, car ils savaient qu'elle était morte. Alors Jésus prit la main de la fillette et dit d'une voix forte :
« Mon enfant, lève-toi ! »Elle revint à la vie et se mit aussitôt debout ; alors Jésus ordonna de lui donner à manger. Les parents de la jeune fille étaient stupéfaits. Mais Jésus leur recommanda de ne dire à personne ce qui s'était passé.

Comme c’est le cas des autres récits où Jésus guérit des gens, ce récit est authentique. Si c'était de la fiction, certaines parties auraient été écrites différemment. Par exemple, dans un récit fictif, il n'y aurait pas eu d’interruption causée par un autre fait. Si c'était de la fiction, les personnes sur le lieu du deuil n'auraient pas ri de la déclaration de Jésus ; ils se seraient peut-être fâchés, ses paroles auraient pu les froisser, mais ils n’auraient pas ri. Et dans un récit de fiction, Jésus aurait-il demandé de ne rien dire au sujet de ce qui venait de se passer ? On peut s’attendre à ce que la guérison soit le point d’orgue. Mais la vie réelle n'est pas toujours aussi simple. Il y a des interruptions. Les gens réagissent bizarrement. Et Jésus avait ses propres raisons de ne pas vouloir que les parents aillent raconter partout ce qui s’était passé.

Le meilleur test d'authenticité des Evangiles est de les lire par vous-même. Ont-ils l’air de récits de vrais événements, ou de récits fictifs ? Si c’est vrai, alors Dieu s'est révélé à nous. Jésus est venu, a vécu, enseigné, inspiré, et apporté la vie aux millions de personnes qui ont lu et qui lisent ses paroles et ce qu’il a fait. Ce que Jésus a annoncé dans les évangiles, beaucoup ont pu le vérifier : « Je suis venu afin qu’ [ils] aient la vie, et qu'ils l’aient en abondance. » (Jean 10 : 10)

Retour à l'article


Une comparaison du Nouveau Testament à d'autres textes antiques…

Voici comment le Nouveau Testament peut être comparé à d'autre textes* antiques :

Auteur Livre Date de
rédaction
Premières
Copies
Intervalle
de Temps
# de
Copies
Homère Iliade 800 AVANT JÉSUS CHRIST. Env. 400 AVANT JÉSUS CHRIST. Env. 400 années. 643
Hérodote Histoire 480-425 AVANT JÉSUS CHRIST. Env. 900 Après J.C. Env. 1,350 années. 8
Thucydide Histoire 460-400 AVANT JÉSUS CHRIST. Env. 900 Après J.C. Env. 1,300 années. 8
Platon   400 AVANT JÉSUS CHRIST. Env. 900 Après J.C. Env. 1,300 années. 7
Démosthène   300 AVANT JÉSUS CHRIST. Env. 1100 Après J.C. Env. 1,400 années. 200
César Guerres
galliques
100-44 AVANT JÉSUS CHRIST. Env. 900 Après J.C. Env. 1,000 années. 10
Tacite Annales Après J.C. 100 Env. 1100 Après J.C. Env. 1,000 années. 20
Pline
Le Second
Histoire
Naturelle
Après J.C. 61-113 Env. 850 Après J.C. Env. 750 années. 7
Nouveau Testament 50-100 Après J.C. Env. 114
(parties)
Env. 200
(livres)
Env. 325
(N.T. complet)
Env. +50 années.

Env. 100 années.

Env. 225 années.
5366

*McDowell, Josh. The New Evidence that Demands a Verdict (Thomas Nelson Publishers, 1999), p. 55.

Retour à l'article


Principales trouvailles archéologiques …

TROUVAILLE ARCHÉOLOGIQUE IMPORTANCE
Tablettes du Maris Plus de 20.000 Tablettes cunéiformes, qui remontent à l’époque d'Abraham, expliquant plusieurs des traditions patriarcales de la Genèse.
Tablettes d'Ebla Plus de 20.000 tablettes, beaucoup contenant des lois semblables au code de loi du Deutéronome. On pensait avant que les cinq villes de la plaine en Genèse 14 (Sodome, Gomorrhe, Admah, Tseboïm, et Tsoar ;) étaient fausses, mais elles ont ainsi pu être identifiées.
Tablettes de Nuzi Elles détaillent des coutumes du 14ème et du 15ème siècle avant J.-C. parallèles aux récits patriarcaux tels que celui de servantes mettant au monde des enfants pour les épouses stériles.
Stèle noir A prouvé que l'écriture et les lois écrites existaient déjà trois siècles avant les lois de Moïse.
Murs de temple de Karnak, Egypte On y retrouve une référence du 10ème siècle avant J.-C. à Abraham.
Lois d'Eshnunna (env. 1950 AVANT JÉSUS CHRIST)

Code de Lipit-Ishtar (env. 1860 AVANT JÉSUS CHRIST)

Lois de Hammurabi (env. 1700 AVANT JÉSUS CHRIST)
Prouve que les codes de lois du Pentateuque n'étaient pas trop sophistiqués pour cette période.
Tablettes de Ras Shamra Fournit les informations sur la poésie hébraïque.
Lettres de Lachish Décrivent l'invasion de Juda par Nebucadnetsar et donnent un aperçu de l’époque de Jérémie.
Sceau de Guedalia On trouve des allusions à Guedalia dans 2 Rois 25:22.
Cylindre de Cyrus Authentifie la description biblique du décret de Cyrus pour permettre aux Juifs de reconstruire le temple à Jérusalem (voir 2 Chroniques 36:23; Esdras 1:2 - 4).
Pierre Moabite Fournit des informations sur Omri, le sixième roi de l'Israël.
Obélisque noir de Salmanasar III Illustre comment Jéhu, roi de l'Israël, a dû se soumettre au roi assyrien.
Prisme de Taylor Contient un texte assyrien qui détaille l'attaque de Sennachérib sur Jérusalem pendant le règne d’Ezechias, roi de l'Israël.
ANCIENNES "ACCUSATIONS" DES CRITIQUES CLARIFIEES PAR L’ARCHEOLOGIE
Moïse ne peut pas avoir écrit Le Pentateuque parce qu'il a vécu avant l'invention de l'écriture. L'écriture a existé bien des siècles avant Moïse.
Ur, ville natale d'Abraham n'existe pas. La ville d’Ur a été découverte. Une des colonnes portait l'inscription « Abram ».
La ville construite en roche dure et nommée "PETRA" n'existe pas. PETRA a été découverte.
L'histoire de la chute de Jéricho est un mythe. La ville n'a jamais existé. La ville a été trouvée et fouillée. On a constaté que les murs se sont écroulés exactement comme la Bible le décrit.
Les "Hittites" n'ont pas existé. Des centaines de références à l’étonnante civilisation hittite ont été trouvées. On peut même obtenir un doctorat d’études hittites à l'Université de Chicago.
Belschatsar n'était pas un vrai roi de Babylone ; il n'est pas trouvé dans les archives. Les Tablettes de Babylone décrivent le règne de ce corégent et fils de Nabonide.

Retour à l'article